A savoir

Avant toute chose

Bien que teinté de Bouddhisme, de Taoïsme et de Shintoïsme, le Reiki n’est ni une secte ni une religion. C’est avant tout une pratique spirituelle et une technique d’auto-guérison. C’est aussi un art de vivre et une certaine compréhension de ce que nous sommes et de ce qui nous entoure. Il n’y a ni gourou, ni dogme. Tout repose sur un enseignement transmis de “Maître” (Senseï en japonais) à élève pour en connaître ses fondements et mécanismes. Ensuite, l’évolution personnelle du pratiquant joue un rôle important.
Pour le restant de son existence, à moins qu’il n’atteigne l’Eveil, le pratiquant, quel que soit son “grade”, approfondira et affinera ses connaissances, techniques et ressentis afin de s’élever spirituellement. Enfin, si tel est son désir, il partagera avec autrui son “savoir” en devenant à son tour enseignant (à partir du niveau 4) ou en prodiguant des soins (en sphère limitée dès le niveau 1). A noter que le cumul des deux est tout-à-fait compatible et même recommandé.
Le Reiki est immuablement en mouvement car il suit les vibrations de la source, de l’univers et d’Urantia-Gaïa (Notre Terre).

Attention !

L’appellation “Reiki” a été et est encore souvent galvaudée. Le futur consultant ou étudiant devra s’assurer que ce qui lui est proposé soit bien du Reiki et de bonne qualité. En effet, les pratiques de soins énergétiques sont en vogue et l’on peut très facilement “tomber” sur le masque de la discipline ou quelque chose de complètement étranger au Reiki. Donc prudence. Enfin, l’état d’avancement spirituel (intégration des enseignements) et technique du pratiquant jouent un rôle prépondérant dans la qualité des soins ou de l’enseignement prodigués.
Selon certains, seule l’appellation “Reiki Usui Ryoho” est considérée comme étant “orthodoxe et légitime” par rapport à son fondateur.

Le Reiki et la médecine occidentale

Le Reiki agit à tous les stades de la maladie et des troubles quels qu’ils soient (prévention, détection précoce, traitement et guérison ).
Malgré cela, il ne pourra EN AUCUN CAS remplacer un traitement médical mais constituera un complément, une aide substantielle à la guérison. Dans ce contexte, il ne faudra pas suspendre une thérapie en cours du fait d’un traitement parallèle en Reiki.
Le Reiki est reconnu en Suisse par les assurances maladie complémentaires et dans plusieurs pays européens.